Investir en 2018

Destinée à encourager les investissements locatifs en France, la loi Pinel, créée et installé en 2014, prévoit des exonérations de l'impôt sur le revenu pour les investisseurs particuliers. Cependant, les nouvelles conditions qui sont entrées en vigueur en 2018 remettent en questions de savoir s'il est toujours conseillé d'en profiter, notamment en évaluant les risques de revente mais aussi de loyer. Dans le cas des maisons louées, il est possible de déduire le coût de certaines œuvres qui favorisent la conservation, l'acquisition, la construction ou l'amélioration d'une propriété locative. Ces montants sont déduits du revenu de la propriété, ce qui peut être très attrayant pour les propriétaires.

3 niveaux de réduction

Attention ! Profiter de la déduction du travail dans le revenu de la propriété et la revente de votre propriété en moins de 3 ans peut entraîner un ajustement fiscal. Le dispositif Pinel offre trois niveaux de réduction d'impôt qui sont en fonction de la période de location de votre maison. Si vous avez envie de le louer pour 6 ans, la réduction sera de 12%. Il va jusqu'à 18% pour une période de 9 ans et 21% pour une période de 12 ans. Pour accéder au système d'exonération fiscale, l’investissement en loi Pinel ne doit pas dépasser 300 000 € et le prix du m² ne doit pas dépasser 5 500 €. Le propriétaire accepte une période de location initiale de 6 ou 9 ans, extensible jusqu'à 12 ans. L'avantage fiscal augmente et s'étend à l'ensemble de l'engagement, dans la limite d'un plafond général de 300 000 euros et 5 500 euros par mètre carré: 12% du prix d'achat de la propriété en six ans, 18% pour neuf ans, avec une déduction supplémentaire si l'engagement est prolongé.


Investissement dans la loi Pinel


L'offre et la demande

Comme pour tout investissement immobilier, il n'est pas à l'abri des prix les plus bas. La revente à la fin de la période de location peut être problématique en raison de la quantité de propriété qui atteindra le marché. Choisir la bonne position et la taille du marché est la meilleure protection pour ce type d'investissement. La loi Pinel révisée a tiré des leçons du passé. Sa première version comprenait des zones géographiques, dont certaines ne sont pas très adéquates aujourd'hui. En fait, le manque de locataires dans certaines municipalités pourrait laisser des appartements vides dont les propriétaires s'attendaient à avoir un revenu. La réalité du marché l'exige, la loi Pinel 2018 n'a conservé que les zones dites «filtrées», où l'offre de logements disponibles est encore beaucoup plus faible que la demande.